Entrez un ou plusieurs mots et la recherche s'effectuera sur l'ensemble des pages du site.

Carte des syndicats

Accès adhérent

Veuillez entrer votre nom comme identifiant, et votre numéro d'adhérent comme mot de passe.

Europe / Brexit : 
après le divorce, qui va garder les enfants ?

Actualité
Publié(e) le :
20/02/2020

Passé la joie ou les regrets du divorce après 47 ans de mariage houleux, l’Union européenne et la Grande-Bretagne doivent se mettre d’accord sur la nouvelle architecture de cette relation, en particulier commerciale.

Ces négociations devront se tenir à un rythme marathon, puisque Boris Johnson refuse de prolonger la période de transition pendant laquelle les Britanniques continueront d’appliquer les règles européennes. Or, c’est pendant cette période, qui s’achève le 31 décembre, que doivent se tenir les pourparlers. Les négociations porteront principalement sur le partenariat économique, les questions de sécurité, et le dispositif juridique prévu pour régler les litiges. Pour les Européens, l’accès des Britanniques au marché unique du continent, fort de ses quelque 440 millions de consommateurs, sera conditionné par le respect des normes sanitaires, environnementales, sociales et fiscales, sans oublier celles sur les aides d’État aux entreprises. Ce marché est crucial pour Londres puisque l’UE reste son premier partenaire commercial. Boris Johnson pourra-t-il ainsi développer le dumping fiscal comme annoncé ?

Après le maintien de la république d’Irlande dans l’UE, la volonté des Écossais de gagner leur indépendance pour adhérer seuls à l’UE sonne-t-elle le glas du Royaume-Uni ? Quoi qu’il en soit, toutes les enquêtes réalisées après le référendum britannique suggèrent que les opinions publiques au sein des 27 sont devenues plus favorables à l’adhésion à l’UE, y compris au Royaume-Uni. Mais l’UE, en panne depuis l’élargissement du début des années 2000, doit prendre des initiatives pour approfondir l’Union et redevenir attractive. La FCE est attentive et vigilante quant aux possibles conséquences économiques de ce divorce, qui affecteraient notamment les entreprises d’envergure européenne de notre champ fédéral, et qui auraient un impact sur ses salariés, y compris ceux de la sous-traitance.

FCE

Qui sommes-nous? Notre organisation Nos syndicats Nos publications Nos liaisons

Branches

Caoutchouc Chimie IEG Papier-carton Pharmacie Plasturgie Pétrole Verre U.F. Retraites

Axes

Cadre Condition de travail / Temps de travail / Discrimination Dialogue social Droits Développement / Election Développement durable Economie Egalité professionnelle Emploi / Restructuration Europe / International Formation syndicale FPC / GPEC Politique industrielle Protection sociale / Prévoyance Retraites Rémunération Santé au travail / Risques industriels

Liaisons

Enedis GRDF Michelin Sanofi Solvay St-Gobain RTE Total

Syndicats

Adour Pyrénées Ain-Deux Savoie Alpes Méditerranée Alsace Artois Val de Lys Auvergne Limousin Basse Normandie Bourgogne Bretagne Centre Val de Loire Champagne Ardenne Dauphiné-Vivarais Franche Comté Haute Normandie Ile de France Languedoc Roussillon Lille Sambre Escaut Littoral Nord Lorraine Maine Anjou Midi Pyrénées Nord Aquitaine Picardie Poitou Charentes Provence Corse Rhône Alpes Ouest Vendée Loire-Atlantique

Dossiers

Fiches pratiques Comités d'entreprise Européens Liens utiles

Publications

Initiatives syndicales Gaz Electricité Retraites Magazine Chimie Energie Syndicalisme Hebdo
Fédération Chimie Energie CFDT | 47-49, avenue Simon Bolivar | 75950 Paris Cedex 19