Entrez un ou plusieurs mots et la recherche s'effectuera sur l'ensemble des pages du site.

Carte des syndicats

Accès adhérent

Veuillez entrer votre nom comme identifiant, et votre numéro d'adhérent comme mot de passe.

Les moyens de l’AGS doivent être garantis ! 

Edito de la semaine
Publié(e) le :
07/04/2021

La faillite de l’entreprise LIP en 1973, a généré une prise de conscience décisive. La législation d’alors ne protégeait pas les salariés et lorsque l’entreprise faisait faillite, ceux-ci ne disposaient d’aucun recours pour percevoir les salaires et indemnités qui leur étaient dus.

C’est en 1974, que l’AGS (Association pour la gestion du régime de Garantie des Salaires) a été mise en place afin d’assurer une garantie de paiement des dettes salariales lorsque  l’entreprise est placée en procédure collective – redressement, liquidation judiciaire – . 

Un système déployé un peu plus tard en Europe qui impose aux États membres de l’Union de mettre en place les institutions de garantie des créances salariales « en cas d’insolvabilité de l’employeur ».

L’AGS est mandatée par l’UNEDIC. Elle est financée par une contribution patronale et par la faculté de récupération sur la vente du patrimoine des entreprises insolvables. Ce droit de récupération est une créance dite d’hyper privilège. 

L’AGS est prioritaire pour récupérer le fruit des ventes mobilières et immobilières de l’entreprise en difficulté. En 2020, plus de 140000 salariés en ont bénéficié, c’est 1,2 milliard d’euros qui ont été versés.

SI malgré la crise pandémique, le nombre de procédures collectives d’entreprise est à la baisse (-38% en 2020), il s’agit d’une chute en trompe l’œil. Les mesures gouvernementales prises par l’Etat ont permis de contenir les faillites mais les prévisions économiques annoncent un risque de multiplication des dépôts de bilan en 2021. La recrudescence des prises en charge des salaires et indemnités par l’AGS est donc bien réelle. Il est crucial dans le contexte de crise économique qui se profile de sécuriser les moyens financiers de l’AGS pour garantir la sécurité des salariés menacés par ces faillites.

A l’opposé de ces objectifs, un avant-projet d’ordonnance du ministère de la justice prévoit de reléguer la faculté de récupération de l’AGS en 2e voir 3e rang. Ainsi, l’AGS ne serait donc plus prioritaire sur les ventes mobilières et immobilières. Les 1ers créanciers seraient les établissements financiers, les mandataires judiciaires. Le risque est alors réel de priver l’AGS d’une ressource fondamentale pour assurer son rôle. 

Pour la FCE-CFDT, cet avant-projet honteux doit être abandonné. Il fragilise un système assurantiel nécessaire, qui devra supporter les faillites qui se profilent. 

Il est d’autant plus dangereux qu’il s’additionne à la réforme de l’assurance chômage qui va faire peser sur les salariés privés d’emploi un risque de précarisation encore plus fort.

mVos réactions

Aucun commentaire n'a encore été posté à la suite de cet article.

Cet article est fermé aux commentaires.

FCE

Qui sommes-nous? Notre organisation Nos syndicats Nos publications Nos liaisons

Branches

Caoutchouc Chimie IEG Papier-carton Pharmacie Plasturgie Pétrole Verre U.F. Retraites

Axes

Cadre Condition de travail / Temps de travail / Discrimination Dialogue social Droits Développement / Election Développement durable Economie Egalité professionnelle Emploi / Restructuration Europe / International Formation syndicale FPC / GPEC Politique industrielle Protection sociale / Prévoyance Retraites Rémunération Santé au travail / Risques industriels

Liaisons

Enedis GRDF Michelin Sanofi Solvay St-Gobain RTE Total

Syndicats

Adour Pyrénées Ain-Deux Savoie Alpes Méditerranée Alsace Artois Val de Lys Auvergne Limousin Basse Normandie Bourgogne Bretagne Centre Val de Loire Champagne Ardenne Dauphiné-Vivarais Franche Comté Haute Normandie Ile de France Languedoc Roussillon Lille Sambre Escaut Littoral Nord Lorraine Maine Anjou Midi Pyrénées Nord Aquitaine Picardie Poitou Charentes Provence Corse Rhône Alpes Ouest Vendée Loire-Atlantique

Dossiers

Fiches pratiques Comités d'entreprise Européens Liens utiles

Publications

Initiatives syndicales Gaz Electricité Retraites Magazine Chimie Energie Syndicalisme Hebdo
Fédération Chimie Energie CFDT | 47-49, avenue Simon Bolivar | 75950 Paris Cedex 19