Entrez un ou plusieurs mots et la recherche s'effectuera sur l'ensemble des pages du site.

Carte des syndicats

Accès adhérent

Veuillez entrer votre nom comme identifiant, et votre numéro d'adhérent comme mot de passe.

POLITIQUE ÉNERGÉTIQUE
L’ARENH sous les projecteurs  ! 

Actualité
Publié(e) le :
20/02/2020

Le dispositif de l’accès régulé à l’électricité nucléaire historique (ARENH) a été instauré en 2010. Il permet à tous les fournisseurs alternatifs (Engie, Total, ENI…) de s’approvisionner en électricité auprès d’EDF, à un prix fixé à 42€/MWH, inchangé depuis 2012, dans la limite d’un volume global maximal de 100TWh par an. Ce dispositif avait pour objectif de répondre aux injonctions d’ouverture à la concurrence du marché de l’électricité de la Commission européenne. Il a, en partie, été atteint : la part de marché des fournisseurs alternatifs sur le marché résidentiel atteint 21,9%. Mais de nombreuses voix s’élèvent aujourd’hui pour réformer, voire remettre en cause l’ARENH avant son terme, prévu en 2025. Pourquoi ? 

Tout d’abord, ce dispositif s’avère très défavorable à EDF, pour qui le prix de l’ARENH est trop bas et ne lui permet pas de couvrir les coûts présents et futurs de son parc nucléaire.

A l’inverse, les fournisseurs alternatifs réclament une augmentation des volumes accessibles au tarif de l’ARENH, lorsque les prix sur le marché de gros sont plus élevés, afin de limiter les hausses de prix de l’électricité pour leurs clients. La loi Energie Climat, votée en 2019, prévoit que le gouvernement puisse, par arrêté, relever à 150 TWH le plafond annuel de l’ARENH, cette possibilité, contestable pour la FCE-CFDT, n’a pas été activée pour l’instant. 

L’une des principales anomalies du mécanisme provient du fait que les fournisseurs alternatifs ne sont pas tenus de s’adresser à EDF lorsque les prix sur les marchés de gros sont inférieurs à l’ARENH, comme ce fut le cas en 2015-2016. Ils ont alors tout intérêt à s’approvisionner sur le marché de gros, ce qui fait chuter lourdement les volumes livrés par l’ARENH. D’où l’idée d’un corridor de prix dans lequel EDF mettrait à disposition sa production quasi intégrale pour tous les fournisseurs. Celui-ci comprendrait un plancher garantissant une rémunération minimale couvrant les coûts du parc nucléaire, et un plafond pour limiter les hausses de prix pour les consommateurs. 

Une consultation est soumise au débat public sur cette proposition gouvernementale. La FCE-CFDT étudiera attentivement cette proposition, avec le souci d’en mesurer précisément les conséquences possibles pour les consommateurs, les entreprises et les salariés.  

FCE

Qui sommes-nous? Notre organisation Nos syndicats Nos publications Nos liaisons

Branches

Caoutchouc Chimie IEG Papier-carton Pharmacie Plasturgie Pétrole Verre U.F. Retraites

Axes

Cadre Condition de travail / Temps de travail / Discrimination Dialogue social Droits Développement / Election Développement durable Economie Egalité professionnelle Emploi / Restructuration Europe / International Formation syndicale FPC / GPEC Politique industrielle Protection sociale / Prévoyance Retraites Rémunération Santé au travail / Risques industriels

Liaisons

Enedis GRDF Michelin Sanofi Solvay St-Gobain RTE Total

Syndicats

Adour Pyrénées Ain-Deux Savoie Alpes Méditerranée Alsace Artois Val de Lys Auvergne Limousin Basse Normandie Bourgogne Bretagne Centre Val de Loire Champagne Ardenne Dauphiné-Vivarais Franche Comté Haute Normandie Ile de France Languedoc Roussillon Lille Sambre Escaut Littoral Nord Lorraine Maine Anjou Midi Pyrénées Nord Aquitaine Picardie Poitou Charentes Provence Corse Rhône Alpes Ouest Vendée Loire-Atlantique

Dossiers

Fiches pratiques Comités d'entreprise Européens Liens utiles

Publications

Initiatives syndicales Gaz Electricité Retraites Magazine Chimie Energie Syndicalisme Hebdo
Fédération Chimie Energie CFDT | 47-49, avenue Simon Bolivar | 75950 Paris Cedex 19