Entrez un ou plusieurs mots et la recherche s'effectuera sur l'ensemble des pages du site.

Carte des syndicats

Accès adhérent

Veuillez entrer votre nom comme identifiant, et votre numéro d'adhérent comme mot de passe.
G
MEnvoyer par mail PImprimer H Définir cette page comme page de démarrage. Cette page est votre page de démarrage. *J'aime ( 0)

CAOUTCHOUC
Goodyear Dunlop : 
une rupture  conventionnelle collective qui sécurise les emplois  actuels et futurs

Actualité
Publié(e) le :
20/08/2018

La direction de l’entreprise Goodyear Dunlop a propose un accord d’entreprise pour une rupture conventionnelle collective, la section CFDT a mis en place une consultation de ses adhérents...

La loi Travail, votée par le Parlement en 2017, contient en son sein une nouvelle mesure d’ajustement des effectifs sans passer par un plan de sauvegarde des emplois, la rupture conventionnelle collective. Une mesure à manier avec prudence. Ainsi, pour la mettre en place, il faut qu’il y ait un accord d’entreprise signé de façon majoritaire par les partenaires sociaux. Depuis, il y a eu quelques accords qui ont vu le jour, notamment chez PSA. Dans notre fédération, les élus CFDT de Goodyear, dans le Caoutchouc, ont signé dernièrement un de ces nouveaux types d’accords.

La sécurisation des parcours professionnels, avec les mesures de mobilité externe sécurisée et les mesures d'accompagnement externe, figure dans ce projet. Le volontariat reste la règle. Dans cet accord, la section CFDT a aussi bien pris en compte que des salariés, dans le cadre des départs volontaires, puissent concrétiser leur projet professionnel avec les moyens associés. Dans le détail, cet accord permet le maintien des 100 postes intérimaires, la pérennité des équipes en semaine et week-end, ce qui évite le passage en équipe 4x8, et autres régimes de travail plus difficiles. Il y a des possibilités très intéressantes de nouveaux parcours professionnels ou de possibilités de départs à la retraite. Cet accord permet aussi le maintien de l’emploi des salariés qui ne sont pas volontaires pour partir, avec une organisation de travail qui est repensée et qui facilite l’autonomie. Hors accord, la direction a confirmé, en comité d’entreprise, les projets d’investissements, et la continuité de l’embauche dans cette nouvelle configuration.

Dans un contexte de transformation des sites et de modernisation de l’outil industriel, et face à la digitalisation et à la robotisation croissante des métiers de l’automobile, cet accord permet de 
garantir l’employabilité des salariés sur des métiers « sensibles ou à l’équilibre ».

La section CFDT Goodyear Dunlop a abordé cette négociation en étant consciente des risques de dérive possibles dans le cadre de la mise en place des ruptures conventionnelles collectives. Elle a d'ailleurs alerté la direction sur deux points principaux :
- Les postes ciblés qui risquent d'être en décalage avec la nouvelle organisation.
- La répartition des charges de travail, avec 88 salariés en moins et un volume de production équivalent, voire supérieur.

La section syndicale CFDT Goodyear Dunlop, soutenue par la Fédération Chimie Energie, a par conséquent sécurisé cet 
accord afin qu’il ne soit pas un danger pour les salariés, mais au contraire une opportunité pour ceux qui le désirent. Le fait d’avoir eu un dialogue social avec la direction, à la fois constructif et ferme, a permis d’aboutir à cet accord. L’enjeu était évident, ne pas aller vers une situation calamiteuse pour les salariés. L’exemple de Goodyear Amiens Nord étant dans toutes les têtes, le jusqu’au-boutisme de certaines organisations syndicales ayant mené à la fermeture du site il n’y a pas si longtemps. 

Et, c’est donc à l’issue d’une consultation des adhérents, et en cohérence avec les souhaits des salariés, que la section CFDT Goodyear Dunlop a été signataire de l’accord portant sur la mise en œuvre de mesures de ruptures conventionnelles collectives basées sur le dispositif d'amélioration du site et de son organisation. 

Par son engagement responsable, la section CFDT Goodyear Dunlop va continuer à jouer pleinement son rôle dans l’avenir pour le bien-être des salariés actuels et ceux qui vont être embauchés.

FCE

Qui sommes-nous? Notre organisation Nos syndicats Nos publications Nos liaisons

Branches

Caoutchouc Chimie IEG Papier-carton Pharmacie Plasturgie Pétrole Verre U.F. Retraites

Axes

Cadre Condition de travail / Temps de travail / Discrimination Dialogue social Droits Développement / Election Développement durable Economie Egalité professionnelle Emploi / Restructuration Europe / International Formation syndicale FPC / GPEC Politique industrielle Protection sociale / Prévoyance Retraites Rémunération Santé au travail / Risques industriels

Liaisons

Enedis GRDF Michelin Sanofi Solvay St-Gobain RTE Total

Syndicats

Adour Pyrénées Ain-Deux Savoie Alpes Méditerranée Alsace Artois Val de Lys Auvergne Limousin Basse Normandie Bourgogne Bretagne Centre Val de Loire Champagne Ardenne Dauphiné-Vivarais Franche Comté Haute Normandie Ile de France Languedoc Roussillon Lille Sambre Escaut Littoral Nord Lorraine Maine Anjou Midi Pyrénées Nord Aquitaine Picardie Poitou Charentes Provence Corse Rhône Alpes Ouest Vendée Loire-Atlantique

Dossiers

Fiches pratiques Loi Travail Comités d'entreprise Européens Liens utiles

Publications

Initiatives syndicales Gaz Electricité Retraites Magazine Chimie Energie Syndicalisme Hebdo
Fédération Chimie Energie CFDT | 47-49, avenue Simon Bolivar | 75950 Paris Cedex 19