Entrez un ou plusieurs mots et la recherche s'effectuera sur l'ensemble des pages du site.

Carte des syndicats

Accès adhérent

Veuillez entrer votre nom comme identifiant, et votre numéro d'adhérent comme mot de passe.
G
MEnvoyer par mail PImprimer H Définir cette page comme page de démarrage. Cette page est votre page de démarrage. *J'aime ( 0)

CAOUTCHOUC
GPEC Michelin, un accord  mi-figue, mi-raisin !

Actualité
Publié(e) le :
24/11/2016

Depuis quelques années, la CFDT Michelin déplorait qu’aucun accord GPEC n’ait pu être conclu, la direction ayant, dans la dernière version soumise à signature, retiré tout dispositif permettant aux seniors de partir en temps partiel avec une participation de l’employeur. 2016 a vu une négociation GPEC s’ouvrir à la demande de la CFDT. 

Les négociateurs CFDT comptaient arriver à un accord qui nous permettrait de comprendre la stratégie du groupe Michelin France en matière d’emploi, d’effectifs (départs/embauches), d’anticiper l’apparition de nouveaux métiers, mais aussi la disparition d’autres et ainsi anticiper la formation des salariés, sans oublier les volets tutorat, formation professionnelle, CPF, mobilité professionnelle, CQP, évolution des salariés exerçant des fonctions syndicales…

Les négociateurs ont aussi revendiqué des mesures pour la reconnaissance de la pénibilité. Après de nombreuses réunions, l’entreprise s’est contentée pour tous les domaines constituant un accord GPEC, de réaliser un répertoire de ce qui se pratique chez Michelin. Seule réelle avancée que la CFDT a obtenu, la reconnaissance de la pénibilité. En effet, par cet accord, l’entreprise permet aux salariés qui pourraient partir dans les 3 ans (durée de l’accord) et qui annonceraient leur date de départ à la retraite de bénéficier de 3 jours par mois de préavis et de 6 jours par mois pour les salariés ayant travaillé au moins 15 ans en équipe (horaire posté).

Elle a aussi accepté de verser un abondement pour le rachat de trimestres jusqu’à 50% du nombre de trimestres rachetés, plafonné à 30 000€ bruts, de favoriser le changement des horaires de travail pour les salariés arrivant à 5 ans de la retraite.

La CFDT aurait été entièrement satisfaite de cette négociation si l’entreprise avait accepté de s’engager plus concrètement au niveau des indicateurs et des éléments qu’elle nous transmettra pendant la durée de cet accord. En effet, nous allons devoir nous satisfaire des éléments contenus dans la BDES pour nous faire un avis sur la stratégie qu’elle mettra en œuvre en termes d’emplois et d’organisation de travail.

La CFDT Michelin s’est finalement annoncée signataire de cet accord GPEC.

Le dialogue social, et les relations sociales, ça se travaille au quotidien, mais il faut être au moins deux ! 

FCE

Qui sommes-nous? Notre organisation Nos syndicats Nos publications Nos liaisons

Branches

Caoutchouc Chimie IEG Papier-carton Pharmacie Plasturgie Pétrole Verre U.F. Retraites

Axes

Cadre Condition de travail / Temps de travail / Discrimination Dialogue social Droits Développement / Election Développement durable Economie Egalité professionnelle Emploi / Restructuration Europe / International Formation syndicale FPC / GPEC Politique industrielle Protection sociale / Prévoyance Retraites Rémunération Santé au travail / Risques industriels

Liaisons

Enedis GRDF Michelin Sanofi Solvay St-Gobain RTE Total

Syndicats

Adour Pyrénées Ain-Deux Savoie Alpes Méditerranée Alsace Artois Val de Lys Auvergne Limousin Basse Normandie Bourgogne Bretagne Centre Val de Loire Champagne Ardenne Dauphiné-Vivarais Franche Comté Haute Normandie Ile de France Languedoc Roussillon Lille Sambre Escaut Littoral Nord Lorraine Maine Anjou Midi Pyrénées Nord Aquitaine Picardie Poitou Charentes Provence Corse Rhône Alpes Ouest Vendée Loire-Atlantique

Dossiers

Fiches pratiques Loi Travail Comités d'entreprise Européens Liens utiles

Publications

Initiatives syndicales Gaz Electricité Retraites Magazine Chimie Energie Syndicalisme Hebdo
Fédération Chimie Energie CFDT | 47-49, avenue Simon Bolivar | 75950 Paris Cedex 19