Entrez un ou plusieurs mots et la recherche s'effectuera sur l'ensemble des pages du site.

Carte des syndicats

Accès adhérent

Veuillez entrer votre nom comme identifiant, et votre numéro d'adhérent comme mot de passe.
G
MEnvoyer par mail PImprimer H Définir cette page comme page de démarrage. Cette page est votre page de démarrage. *J'aime ( 1)

CHIMIE
Vers une année Blanche !

Actualité
Publié(e) le :
19/01/2018

En signant l’accord salaires le 21 décembre, la FCE-CFDT avait assumé sa responsabilité de 1ère OS dans la Chimie : celle de négocier seule un accord salarial de branche pour 2018 suite au boycott des négociations salariales de la nouvelle alliance CGT-CGC-FO.

Cet accord signé, dessinait une augmentation générale de 1,1% des minima conventionnels pour 2018, associée à l’intégration d’un nouveau droit évolutif pour la branche avec l’octroi de 2 jours rémunérés par an et par salarié pour enfant hospitalisé. Cet accord vient de recevoir l’opposition des syndicats CGT, FO et CFE CGC qui ont cherché à faire valoir des arguments hors contexte.

Le premier argument repose sur le fait que l’augmentation du Smic poserait le 1er coefficient 130 en dessous du Smic. Cet argument n’est pas entendable. Au terme de l’application de l’accord au 1er avril 2018, le 1er coefficient 130 (qui concerne moins de 0,2% des salariés de la Chimie) aurait été au-dessus du Smic avec un salaire minima de 1500,36€ pour 35 heures contre 1498,47€ pour le Smic.

Le second argument fait référence à la création d’un nouveau droit de branche avec l’octroi de jours d’absences rémunérées pour garantir aux parents salariés de pouvoir accompagner leurs enfants en cas d’hospitalisation. Dans une première étape, l’accord ne contraignait pas les entreprises de -50 salariés à l’appliquer strictement mais les invitait à négocier dans le cadre du dialogue social d’entreprise. Au regard de l’impact et de l’évolution de ce nouveau droit pour les salariés, sa généralisation pouvait être envisagée dans une seconde étape…

Conséquences : un bras de fer désopilant au détriment de l’intérêt des salariés. L’accord est caduc, les salariés de la branche ne pourront bénéficier de ce nouveau congé spécial et ceux soumis aux minima conventionnels doivent s’attendre à une année ZERO augmentation ! Mais aussi une année où le dialogue social va être difficile ! Une situation inadmissible pour la CFDT !

FCE

Qui sommes-nous? Notre organisation Nos syndicats Nos publications Nos liaisons

Branches

Caoutchouc Chimie IEG Papier-carton Pharmacie Plasturgie Pétrole Verre U.F. Retraites

Axes

Cadre Condition de travail / Temps de travail / Discrimination Dialogue social Droits Développement / Election Développement durable Economie Egalité professionnelle Emploi / Restructuration Europe / International Formation syndicale FPC / GPEC Politique industrielle Protection sociale / Prévoyance Retraites Rémunération Santé au travail / Risques industriels

Liaisons

Enedis GRDF Michelin Sanofi Solvay St-Gobain RTE Total

Syndicats

Adour Pyrénées Ain-Deux Savoie Alpes Méditerranée Alsace Artois Val de Lys Auvergne Limousin Basse Normandie Bourgogne Bretagne Centre Val de Loire Champagne Ardenne Dauphiné-Vivarais Franche Comté Haute Normandie Ile de France Languedoc Roussillon Lille Sambre Escaut Littoral Nord Lorraine Maine Anjou Midi Pyrénées Nord Aquitaine Picardie Poitou Charentes Provence Corse Rhône Alpes Ouest Vendée Loire-Atlantique

Dossiers

Fiches pratiques Loi Travail Comités d'entreprise Européens Liens utiles

Publications

Initiatives syndicales Gaz Electricité Retraites Magazine Chimie Energie Syndicalisme Hebdo
Fédération Chimie Energie CFDT | 47-49, avenue Simon Bolivar | 75950 Paris Cedex 19