Entrez un ou plusieurs mots et la recherche s'effectuera sur l'ensemble des pages du site.

Carte des syndicats

Accès adhérent

Veuillez entrer votre nom comme identifiant, et votre numéro d'adhérent comme mot de passe.
G
MEnvoyer par mail PImprimer H Définir cette page comme page de démarrage. Cette page est votre page de démarrage. *J'aime ( 0)

AZF :
la cour d’appel de Paris rendra son délibéré le 31 octobre prochain

Actualité
Publié(e) le :
08/06/2017

Après 4 mois d’audiences (à raison de 2 jours par semaine), le procès en appel d’AZF s’est achevé le 24 mai par les plaidoiries des avocats de Serge Biechlin, poursuivi pour homicide involontaire (34 personnes sont décédées dans l’accident), et de Total.

Ajoutée aux procès antérieurs (TGI, cour d’appel de Toulouse, Cour de cassation, puis cour d’appel de Paris), cette affaire judiciaire représente à elle seule l’équivalent d’une année entière d’audiences. Les parties civiles sont éprouvées, fatiguées par ce long combat, dont l’issue est fixée à un délibéré qui sera rendu le 31 octobre 2017. Délibéré qui, on ne peut que le regretter, ne sera pas retransmis simultanément à Toulouse. Plus d’une dizaine d’experts et autant d’avocats pour représenter les victimes directes ou collatérales lors de ce procès. Plus de 91 000 dossiers d’indemnisation, 16 ans de procédure et encore une attente de 5 longs mois pour connaître le verdict.

Dans son réquisitoire, le parquet a soulevé des manquements répétés à la sécurité du site et la responsabilité de son directeur, qui ne pouvait les ignorer. Il a donc requis 3 ans d’emprisonnement avec sursis et 45000 euros d'amende contre Serge Biechlin, et la condamnation de La Grande-Paroisse, société exploitante de l'usine et filiale de Total, à 225000 euros d'amende.

Les avocats de la défense évoquent – comme c’est le cas depuis 16 ans – la piste terroriste pour « expliquer la catastrophe » et demandent la relaxe de leur client. Cette piste ne faisant l’objet d’aucune preuve sérieuse versée au dossier…

Pour la FCE-CFDT, l’arrêt de la cour d’appel, qui sera rendu en octobre, revêt un enjeu fondamental : celui de l’environnement industriel qui se doit de sécuriser la santé de ses salariés et sous-traitants.

FCE

Qui sommes-nous? Notre organisation Nos syndicats Nos publications Nos liaisons

Branches

Caoutchouc Chimie IEG Papier-carton Pharmacie Plasturgie Pétrole Verre U.F. Retraites

Axes

Cadre Condition de travail / Temps de travail / Discrimination Dialogue social Droits Développement / Election Développement durable Economie Egalité professionnelle Emploi / Restructuration Europe / International Formation syndicale FPC / GPEC Politique industrielle Protection sociale / Prévoyance Retraites Rémunération Santé au travail / Risques industriels

Liaisons

Enedis GRDF Michelin Sanofi Solvay St-Gobain RTE Total

Syndicats

Adour Pyrénées Ain-Deux Savoie Alpes Méditerranée Alsace Artois Val de Lys Auvergne Limousin Basse Normandie Bourgogne Bretagne Centre Val de Loire Champagne Ardenne Dauphiné-Vivarais Franche Comté Haute Normandie Ile de France Languedoc Roussillon Lille Sambre Escaut Littoral Nord Lorraine Maine Anjou Midi Pyrénées Nord Aquitaine Picardie Poitou Charentes Provence Corse Rhône Alpes Ouest Vendée Loire-Atlantique

Dossiers

Fiches pratiques Loi Travail Comités d'entreprise Européens Liens utiles

Publications

Initiatives syndicales Gaz Electricité Retraites Magazine Chimie Energie Syndicalisme Hebdo
Fédération Chimie Energie CFDT | 47-49, avenue Simon Bolivar | 75950 Paris Cedex 19