Entrez un ou plusieurs mots et la recherche s'effectuera sur l'ensemble des pages du site.

Carte des syndicats

Accès adhérent

Veuillez entrer votre nom comme identifiant, et votre numéro d'adhérent comme mot de passe.
G
MEnvoyer par mail PImprimer H Définir cette page comme page de démarrage. Cette page est votre page de démarrage. *J'aime ( 0)

Avez-vous droit à laprime d’ancienneté versée à vos collègues ?

Actualité
Publié(e) le :
20/03/2015

L'appartenance à une catégorie professionnelle ou un groupe défini par un accord ou une convention collective peut-elle justifier la privation du versement d'une prime d'ancienneté au préjudice de salariés ne relevant pas du "périmètre de salariés" bénéficiaires de l'avantage ?
Dans cette affaire, un salarié engagé en qualité de technicien de process, statut cadre, avait été convoqué à un entretien préalable en vue d'un projet de licenciement économique. Le salarié avait souscrit dans ce cadre une convention de reclassement personnalisé avant que lui soit notifiée, par l'employeur, la rupture du contrat de travail d'un commun accord. Le collaborateur a saisi le juge des prud'hommes pour contester cette rupture et obtenir le versement d'une prime d'ancienneté et de diverses autres sommes.

La Cour d'appel accueille favorablement la demande du salarié et ordonne le versement de la prime d'ancienneté. Pour justifier leur position les juges du fond prennent en compte le fait que l'employeur ne justifiait d'aucune raison objective et pertinente pouvant légitimer la disparité constatée dans l'octroi de la prime d'ancienneté réservée aux seuls salariés ouvriers et collaborateurs classés dans les groupes I, II et III.

La Cour de cassation invalide la position des juges du second degré. Les juges de la haute juridiction estiment ainsi que la prime d'ancienneté n'avait pas à être versée au salarié.

Ce qu'il faut retenir : les juges de la Cour de cassation reconnaissent la validité du dispositif conventionnel établissant une distinction dans le versement de la prime d'ancienneté fondée sur le critère de l'appartenance ˆ une catégorie professionnelle. Un salarié ne peut donc pas prétendre ˆ l'octroi d'un avantage catégoriel d'origine conventionnelle réservé à une catégorie professionnelle à laquelle il n'appartient pas. Aucune rupture d'égalité illicite ne pouvait permettre au salarié d'accéder à une reconstitution de salaire fondée sur un rappel de prime liée ˆ son ancienneté.  

Référence : Cass. Soc.27 janvier 2015, n°13-25437

FCE

Qui sommes-nous? Notre organisation Nos syndicats Nos publications Nos liaisons

Branches

Caoutchouc Chimie IEG Papier-carton Pharmacie Plasturgie Pétrole Verre U.F. Retraites

Axes

Cadre Condition de travail / Temps de travail / Discrimination Dialogue social Droits Développement / Election Développement durable Economie Egalité professionnelle Emploi / Restructuration Europe / International Formation syndicale FPC / GPEC Politique industrielle Protection sociale / Prévoyance Retraites Rémunération Santé au travail / Risques industriels

Liaisons

Enedis GRDF Michelin Sanofi Solvay St-Gobain RTE Total

Syndicats

Adour Pyrénées Ain-Deux Savoie Alpes Méditerranée Alsace Artois Val de Lys Auvergne Limousin Basse Normandie Bourgogne Bretagne Centre Val de Loire Champagne Ardenne Dauphiné-Vivarais Franche Comté Haute Normandie Ile de France Languedoc Roussillon Lille Sambre Escaut Littoral Nord Lorraine Maine Anjou Midi Pyrénées Nord Aquitaine Picardie Poitou Charentes Provence Corse Rhône Alpes Ouest Vendée Loire-Atlantique

Dossiers

Fiches pratiques Loi Travail Comités d'entreprise Européens Liens utiles

Publications

Initiatives syndicales Gaz Electricité Retraites Magazine Chimie Energie Syndicalisme Hebdo
Fédération Chimie Energie CFDT | 47-49, avenue Simon Bolivar | 75950 Paris Cedex 19