X

Acceptez-vous que notre site utilise des cookies afin de collecter des informations purement statistiques ?


 Oui, j'accepte. |  Non, merci.
Entrez un ou plusieurs mots et la recherche s'effectuera sur l'ensemble des pages du site.

Carte des syndicats

Accès adhérent

Veuillez entrer votre nom comme identifiant, et votre numéro d'adhérent comme mot de passe.

ARENH : le conseil supérieur de l’energie désavoue une nouvelle fois le gouvernement

Actualité
Publié(e) le :
01/07/2022

Lors de sa séance du 16 juin dernier, le Conseil supérieur de l’Energie, qui est un organe consultatif chargé d’émettre un avis sur tous les textes réglementaires relatifs à l’électricité et au gaz, a examiné un projet de décret instituant une aide aux entreprises durement touchées par la hausse des coûts d’approvisionnement de gaz naturel et d’électricité consécutive à la guerre en Ukraine.

Par ce décret, le gouvernement français prévoit de mettre en place une aide d’urgence et ciblée pour la période de mars à août 2022. Un autre décret viendra prolonger le dispositif après cette date, si nécessaire.

Tout en soutenant ce dispositif, les 4 organisations syndicales représentées au sein du Conseil (CFDT, CGT, CFE-CGC et FO) ont profité de cette consultation pour évoquer à nouveau le procédé de livraison supplémentaire de 20 TWh d’ARENH mis en place par un décret et un arrêté du 11 mars 2022. Elles ont déposé un amendement commun en vue de sa suppression, au motif qu’il spolie EDF et qu’il est contraire au cadre européen sur les aides d’Etat.

Cet amendement, qui a reçu un avis défavorable du gouvernement, a été soutenu activement par EDF et les associations de consommateurs. Suite à un vote, il a été adopté par 17 voix contre 14.

Il est à noter que le Conseil supérieur de l’Énergie s’était déjà prononcé à deux reprises, en février et mars derniers, contre le dispositif de livraison supplémentaire de 20 TWh d’ARENH. Ce nouveau vote constitue un camouflet supplémentaire pour le gouvernement sur ce dossier de l’ARENH. Il renforce la détermination des fédérations syndicales à tout mettre en œuvre pour obtenir le retrait de cette mesure inique qui fragilise grandement l’électricien national, opérateur majeur de la transition énergétique et acteur clef de la sécurité d’approvisionnement électrique du pays.

mVos réactions

Aucun commentaire n'a encore été posté à la suite de cet article.

Cet article est fermé aux commentaires.

FCE

Qui sommes-nous? Notre organisation Nos syndicats Nos publications Nos liaisons

Branches

Caoutchouc Chimie IEG Papier-carton Pharmacie Plasturgie Pétrole Verre U.F. Retraites

Axes

APLD COVID-19 Cadre Congres Condition de travail / Temps de travail / Discrimination Dialogue social Droits Développement / Election Développement durable Economie Egalité professionnelle Emploi / Restructuration Europe / International Formation syndicale FPC / GPEC Jeunes Politique industrielle Protection sociale / Prévoyance Retraites Rémunération Santé au travail / Risques industriels Télétravail

Liaisons

Enedis GRDF Michelin Sanofi Solvay St-Gobain RTE Total

Syndicats

Adour Pyrénées Ain-Deux Savoie Alpes Méditerranée Alsace Artois Val de Lys Auvergne Limousin Basse Normandie Bourgogne Bretagne Centre Val de Loire Champagne Ardenne Dauphiné-Vivarais Franche Comté Haute Normandie Ile de France Languedoc Roussillon Lille Sambre Escaut Littoral Nord Lorraine Maine Anjou Midi Pyrénées Nord Aquitaine Picardie Poitou Charentes Provence Corse Rhône Alpes Ouest Vendée Loire-Atlantique

Dossiers

Fiches pratiques Comités d'entreprise Européens Liens utiles

Publications

Initiatives syndicales Gaz Electricité Retraites Magazine Chimie Energie Syndicalisme Hebdo
Fédération Chimie Energie CFDT | 47-49, avenue Simon Bolivar | 75950 Paris Cedex 19