X

Acceptez-vous que notre site utilise des cookies afin de collecter des informations purement statistiques ?


 Oui, j'accepte. |  Non, merci.
Entrez un ou plusieurs mots et la recherche s'effectuera sur l'ensemble des pages du site.

Carte des syndicats

Accès adhérent

Veuillez entrer votre nom comme identifiant, et votre numéro d'adhérent comme mot de passe.

Liquidation des nouvelles menuiseries Grégoire

Actualité
Publié(e) le :
13/05/2022

Les Nouvelles Menuiseries Grégoire (NMG), située à Saint-Martial-d’Artenset en Dordogne, a 115 ans d’existence. Cette entreprise de la Plasturgie employait pas moins de 250 salariés. Oui, elle employait ! En effet, le jeudi 28 avril, le tribunal de commerce de Périgueux a ordonné sa mise en liquidation judiciaire. Cela se solde par la fermeture du site dès le lendemain, et la perte de 236 emplois dans un bassin fragilisé. Les NMG avaient déjà dû faire face à des difficultés en 2008 lors de la crise financière. L’Etat et les collectivités n’ont alors pas hésité à soutenir l’entreprise en investissant des fonds publics pour éviter le pire des scénarios.

En 2018, suite à de nouvelles difficultés financières, les NMG sont reprises par le fonds d’investissement Prudentia Capital, alors qu’un repreneur industriel de la filière s’était positionné : la longue descente aux enfers se poursuit. Les 10 millions injectés par Prudentia ne suffisent pas à redresser la barre. De plus, des mauvais choix stratégiques aggravent la situation, et la crise sanitaire amplifie le phénomène. Depuis le début de l’année, les salariés ont enchaîné les périodes de chômage partiel. La hausse du prix des matières premières continue de détériorer la situation financière de l’entreprise. 

Début mars, les NMG déposaient le bilan et cherchaient un repreneur. Seules les sociétés RPI, basées à Sauveterre-de-Guyenne, et Les Zelles, à La Bresse, semblaient intéresser. RPI s’est finalement désistée, le 12 avril, par manque de financement. Depuis début avril, après un délai supplémentaire, les salariés étaient suspendus à la décision du Tribunal de commerce. Avec cette fermeture, ce sont près de 800 emplois (directs, indirects et induits) qui vont disparaître dans un bassin d’emplois déjà sinistré. C’est plus de 10 millions d’euros de fonds publics déjà investis et, selon des sources proches du dossier, une dette sociale et fiscale de 6 millions d’euros.

La FCE-CFDT avec le Syndicat Chimie Energie Nord-Aquitaine, l’équipe syndicale des NMG et l’URI Nouvelle-Aquitaine font malheureusement encore le constat d’un immense gâchis industriel, social, humain et territorial.

mVos réactions

Aucun commentaire n'a encore été posté à la suite de cet article.

Cet article est fermé aux commentaires.

FCE

Qui sommes-nous? Notre organisation Nos syndicats Nos publications Nos liaisons

Branches

Caoutchouc Chimie IEG Papier-carton Pharmacie Plasturgie Pétrole Verre U.F. Retraites

Axes

Cadre Congres Condition de travail / Temps de travail / Discrimination Dialogue social Droits Développement / Election Développement durable Economie Egalité professionnelle Emploi / Restructuration Europe / International Formation syndicale FPC / GPEC Jeunes Politique industrielle Protection sociale / Prévoyance Retraites Rémunération Santé au travail / Risques industriels

Liaisons

Enedis GRDF Michelin Sanofi Solvay St-Gobain RTE Total

Syndicats

Adour Pyrénées Ain-Deux Savoie Alpes Méditerranée Alsace Artois Val de Lys Auvergne Limousin Basse Normandie Bourgogne Bretagne Centre Val de Loire Champagne Ardenne Dauphiné-Vivarais Franche Comté Haute Normandie Ile de France Languedoc Roussillon Lille Sambre Escaut Littoral Nord Lorraine Maine Anjou Midi Pyrénées Nord Aquitaine Picardie Poitou Charentes Provence Corse Rhône Alpes Ouest Vendée Loire-Atlantique

Dossiers

Fiches pratiques Comités d'entreprise Européens Liens utiles

Publications

Initiatives syndicales Gaz Electricité Retraites Magazine Chimie Energie Syndicalisme Hebdo
Fédération Chimie Energie CFDT | 47-49, avenue Simon Bolivar | 75950 Paris Cedex 19