Entrez un ou plusieurs mots et la recherche s'effectuera sur l'ensemble des pages du site.

Carte des syndicats

Accès adhérent

Veuillez entrer votre nom comme identifiant, et votre numéro d'adhérent comme mot de passe.

Préjudice d’anxiété

Actualité
Publié(e) le :
26/03/2021

Depuis 2010, la Cour de cassation tend à reconnaître l’existence d’un préjudice dit d’anxiété lié à l’inquiétude permanente ressentie face à un risque de déclaration à tout moment d’une maladie liée à l’amiante. Le point de départ du délai pendant lequel les salariés concernés peuvent demander l’indemnisation de ce préjudice vient d’être déterminé.

Péjudice d’anxiété : quelle est la nature de ce nouveau préjudice ?
Il a été reconnu, pour la première fois, par la haute juridiction en 2010. Il permet de réparer l’ensemble des troubles psychologiques, y compris ceux liés au bouleversement des conditions d’existence qui résulte du risque de déclaration à tout moment d’une maladie liée à l’amiante.

La Cour de cassation, dans son arrêt du 5 avril 2019, étend son champ d’application. Ainsi, tout salarié qui justifie d’une exposition à l’amiante générant un risque élevé de développer une pathologie grave peut en demander l’indemnisation.

Cet arrêt est d’une très haute importance puisque, désormais, tous les salariés exposés à l’amiante peuvent prétendre à l’indemnisation de ce préjudice, quand bien même ils n’auraient pas travaillé dans l’un des établissements mentionnés à l’article 41 de la loi du 23 décembre 1998 modifiée.

De plus, la réparation de ce préjudice, qui peut être accordée en cas d’exposition à l’amiante, peut depuis l’être aussi en cas d’exposition à toute autre substance nocive ou toxique (Cass. Soc., 11 septembre 2019, n°17-24.888).

Préjudice d’anxiété : quel délai pour agir ?
Si le salarié travaille dans une entreprise qui figure sur la liste établie par arrêté des ministres du Travail, du Budget, et de la Sécurité sociale (l’article 41 de la loi du 23 décembre 1998 modifiée) comme exposant ses salariés à l’amiante, ce délai est de cinq ans à compter du jour où ce dernier a connaissance, ou aurait dû connaître, cette exposition. Généralement, cela correspond à l’inscription de l’entreprise sur la liste des métiers liés à l’amiante.

Si le salarié travaille dans une entreprise ne figurant pas sur cette liste, c’est-à-dire en cas d’inobservation par l’employeur de son obligation de sécurité, ce délai est de deux ans à compter du jour où il a connaissance de cette exposition. 

Donc, dès que le salarié a connaissance de sa situation, il a cinq ans ou deux ans, selon le cas, pour monter son dossier en vue d’obtenir une indemnisation au titre du préjudice d’anxiété. 

Réévaluation du délai
Dans l’arrêt du 8 juillet 2020, 70 salariés se sont vu débouter de leur demande d’indemnisation au titre du préjudice d’anxiété au motif que celle-ci était trop tardive. En effet, pour la cour d’appel, comme l’entreprise où travaillaient ces salariés avait installé une cabine de décontamination en 2004, le point de départ du délai commençait à cette date.

Or, le 8 juillet 2020, la Cour de cassation a rejeté cette argumentation. Elle considère que le point de départ du délai de deux ans est la date à laquelle ces salariés ont eu connaissance du risque élevé de développer une pathologie grave résultant de leur exposition à l’amiante. Elle précise que ce point de départ peut être postérieur à la date à laquelle cette exposition a pris fin. Ainsi, la cour d’appel aurait dû rechercher à quelle date les salariés avaient cessé d’être exposés à l’amiante.

Cette décision est très favorable aux salariés qui disposent, désormais, d’un délai de deux ans, à compter du jour où ils ont cessé d’y être exposés, pour agir en reconnaissance de ce préjudice, et non plus à compter du jour où ils ont connaissance du risque.

Chaque travailleur exposé à ce risque doit, avec le concours de son employeur et de la médecine du travail, compléter le formulaire du FIVA (Fonds d’indemnisation des victimes de l’amiante) à partir duquel le processus s’enclenche. 

mVos réactions

Aucun commentaire n'a encore été posté à la suite de cet article.

Cet article est fermé aux commentaires.

FCE

Qui sommes-nous? Notre organisation Nos syndicats Nos publications Nos liaisons

Branches

Caoutchouc Chimie IEG Papier-carton Pharmacie Plasturgie Pétrole Verre U.F. Retraites

Axes

Cadre Condition de travail / Temps de travail / Discrimination Dialogue social Droits Développement / Election Développement durable Economie Egalité professionnelle Emploi / Restructuration Europe / International Formation syndicale FPC / GPEC Politique industrielle Protection sociale / Prévoyance Retraites Rémunération Santé au travail / Risques industriels

Liaisons

Enedis GRDF Michelin Sanofi Solvay St-Gobain RTE Total

Syndicats

Adour Pyrénées Ain-Deux Savoie Alpes Méditerranée Alsace Artois Val de Lys Auvergne Limousin Basse Normandie Bourgogne Bretagne Centre Val de Loire Champagne Ardenne Dauphiné-Vivarais Franche Comté Haute Normandie Ile de France Languedoc Roussillon Lille Sambre Escaut Littoral Nord Lorraine Maine Anjou Midi Pyrénées Nord Aquitaine Picardie Poitou Charentes Provence Corse Rhône Alpes Ouest Vendée Loire-Atlantique

Dossiers

Fiches pratiques Comités d'entreprise Européens Liens utiles

Publications

Initiatives syndicales Gaz Electricité Retraites Magazine Chimie Energie Syndicalisme Hebdo
Fédération Chimie Energie CFDT | 47-49, avenue Simon Bolivar | 75950 Paris Cedex 19