Entrez un ou plusieurs mots et la recherche s'effectuera sur l'ensemble des pages du site.

Carte des syndicats

Accès adhérent

Veuillez entrer votre nom comme identifiant, et votre numéro d'adhérent comme mot de passe.

VERRE
L’APLD dans le verre  !

Actualité
Publié(e) le :
22/01/2021

Le 4 novembre et le 21 décembre 2020, la CFDT signe deux accords d’activité partielle de longue durée (APLD) dans la Cristallerie et le Verre mécanique, dont le but principal est de permettre aux entreprises victimes de situations très disparates de prendre des décisions au plus proche de la réalité. 

Dans la Cristallerie, l’accord a fait l’objet d’une opposition majoritaire (CGT, FO). Il n’entrera donc pas en application, et ne fera donc pas l’objet d’une demande d’extension. C’est un coup dur pour les salariés du Verre, car cet accord de branche aurait servi de cadre aux entreprises ne pouvant trouver un accord avec les partenaires sociaux, mais aussi une aide pour celles de moins de 50 salariés dépourvues d’organisations syndicales. 

Pourtant, la FCE-CFDT, avec les partenaires sociaux, avait négocié, entre autres, un APLD de manière juste et équitable pour les salariés, avec une durée maximale d’application de 24 mois consécutifs ou non, sur une période de référence de 
36 mois consécutifs, des  engagements pour les employeurs sur le maintien de l’emploi, la formation professionnelle, et sur l’indemnisation avec un minimum de 70% de la rémunération brute du salarié…

Concrètement, le résultat de cette opposition est qu’un salarié sans accord (branche ou entreprise) touchera 60% de son salaire au lieu d’un minima de 70%, et entraînera un fort risque de licenciements dans les entreprises, ou de dépôt de bilan. Ce temps d’activité partielle doit être mis à profit pour la formation des salariés concernés. 

On rappelle que l’indemnité d’activité partielle n’est pas soumise à cotisations. Pour autant, les salariés pourront bénéficier selon les conditions légales et règlementaires en vigueur des droits à retraite.

Dans le Verre mécanique, l’accord de branche prévoit des dispositions similaires à celui de la Cristallerie et serait applicable seulement en cas d’échec de négociation dans les entreprises. A ce jour, nous sommes dans l’attente d’une réponse de la CGC et de l’UNSA, la CGT et FO ont d’ores et déjà menacé de faire opposition. 

mVos réactions

Aucun commentaire n'a encore été posté à la suite de cet article.

Cet article est fermé aux commentaires.

FCE

Qui sommes-nous? Notre organisation Nos syndicats Nos publications Nos liaisons

Branches

Caoutchouc Chimie IEG Papier-carton Pharmacie Plasturgie Pétrole Verre U.F. Retraites

Axes

Cadre Condition de travail / Temps de travail / Discrimination Dialogue social Droits Développement / Election Développement durable Economie Egalité professionnelle Emploi / Restructuration Europe / International Formation syndicale FPC / GPEC Politique industrielle Protection sociale / Prévoyance Retraites Rémunération Santé au travail / Risques industriels

Liaisons

Enedis GRDF Michelin Sanofi Solvay St-Gobain RTE Total

Syndicats

Adour Pyrénées Ain-Deux Savoie Alpes Méditerranée Alsace Artois Val de Lys Auvergne Limousin Basse Normandie Bourgogne Bretagne Centre Val de Loire Champagne Ardenne Dauphiné-Vivarais Franche Comté Haute Normandie Ile de France Languedoc Roussillon Lille Sambre Escaut Littoral Nord Lorraine Maine Anjou Midi Pyrénées Nord Aquitaine Picardie Poitou Charentes Provence Corse Rhône Alpes Ouest Vendée Loire-Atlantique

Dossiers

Fiches pratiques Comités d'entreprise Européens Liens utiles

Publications

Initiatives syndicales Gaz Electricité Retraites Magazine Chimie Energie Syndicalisme Hebdo
Fédération Chimie Energie CFDT | 47-49, avenue Simon Bolivar | 75950 Paris Cedex 19